Logo image
Photo: BKW / Daniel Hager

Centrale solaire et éolienne BKW sur le Mont-Soleil, dans le Jura bernois. L'installation de production d'énergie renouvelable peut être visitée. Photo: BKW / Daniel Hager

Habitats Contenu du partenaire: BKW

«La transition énergétique est l'affaire de tous»

Le passage à un approvisionnement énergétique durable est une tâche dont les particuliers, les autorités et les entreprises sont tous responsables. Margarita Aleksieva, responsable de l'unité opérationnelle Énergie éolienne et solaire chez BKW, en est convaincue. Pour atteindre les objectifs énergétiques de 2050, toutes les parties prenantes doivent être prêtes à faire des compromis.

1

Partager
Copier le lien LinkedIn
Écouter
Logo image

«La transition énergétique est l'affaire de tous»

Partager
Copier le lien LinkedIn
Écouter

7 Min.  •   • 

La «Stratégie énergétique 2050» de la Suisse donne un signal clair en faveur du développement des énergies renouvelables: d'ici 2050, l'approvisionnement énergétique doit être 100% renouvelable. Est-ce réaliste? Où voyez-vous les plus grands défis?

Margarita Aleksieva: les objectifs de la stratégie énergétique 2050 sont ambitieux, mais toujours réalisables. Actuellement, la Suisse est à la traîne par rapport à ses voisins en ce qui concerne la production d'énergie éolienne et solaire ainsi que le développement des installations d'énergies renouvelables en général. Le parc éolien de Tramelan, dans le Jura bernois, que nous planifions depuis 2008, est un exemple éloquent des défis auxquels nous sommes actuellement confrontés en Suisse. Avec une puissance totale installée de 12 mégawatts, les six éoliennes devraient y produire chaque année environ 26 gigawattheures d'électricité renouvelable. Cela correspond à la consommation annuelle d'électricité d'environ 6000 ménages.

Le projet a toutefois traîné en longueur.

Oui, on peut dire ça. Il nous a fallu 15 ans au total pour obtenir le feu vert pour la construction, après une procédure d'autorisation très longue et complexe, par décision du Tribunal fédéral.

Les plaintes ont également joué un rôle, mais elles ont finalement été rejetées par le tribunal.

Cela a entraîné de longs retards. Aussi, nous n'avons pas de temps à perdre. De mon point de vue, la transition vers un système énergétique plus durable n'est finalement pas seulement un défi technique ou économique, mais aussi un défi social et politique. Une simplification et une standardisation du processus d'autorisation ainsi que des directives plus transparentes permettraient de réduire considérablement le temps et les coûts consacrés aux projets liés aux énergies renouvelables. De mon point de vue, des marchés de l'énergie très clairement réglementés, avec le soutien politique et réglementaire nécessaire, peuvent envoyer un signal fort, non seulement aux investisseurs, aux développeurs et aux entreprises d'approvisionnement, mais aussi à la population. Si l'on voit clairement à quel point le gouvernement s'engage en faveur des énergies renouvelables, il sera plus facile d'atteindre les objectifs fixés pour 2050.

Vous vous adressez aussi délibérément à la population.

Oui. Je suis fermement convaincue que la transition vers un approvisionnement énergétique durable est une chose dont tout le monde est responsable: les particuliers, les communes, les gouvernements et l'industrie. Il est nécessaire d'être prêt à tirer sur la même corde et à faire des compromis. Si tous les acteurs travaillent ensemble, j'ai bon espoir que nous puissions encore atteindre les objectifs ambitieux fixés pour 2050.

La politique est-elle suffisamment engagée pour accélérer le processus de transformation?

Je pense que nous sommes actuellement sur une bonne dynamique. Ainsi, la Confédération a décidé de promouvoir la construction d'installations photovoltaïques alpines jusqu'à fin 2025, et donc notamment la production nationale d'électricité en hiver. Cela doit permettre à la Suisse d'être moins dépendante des importations d'électricité de l'étranger pendant le semestre d'hiver et d'accélérer en même temps la transition énergétique. Il s'agit maintenant de passer à la mise en œuvre.

Pouvez-vous citer quelques faits qui illustrent la situation actuelle de la Suisse?

Prenons par exemple l'énergie éolienne: dans tout le pays, nous avons actuellement 41 éoliennes en service. Elles produisent au total environ 0,15 térawatt-heure d'électricité par an. Cela correspond à un pourcentage de 0,3% de la consommation totale d'énergie en Suisse.

C'est presque rien.

On peut dire ça. Selon la stratégie énergétique 2050 de la Confédération, la production d'énergie éolienne devrait atteindre 4,3 térawattheures et fournir environ 7% de la consommation d'électricité. À titre de comparaison: dans l'ensemble de l'UE, la part de l'énergie éolienne dans la consommation d'électricité s'élevait dernièrement à environ 17% (source 2022). Le Danemark est en tête avec 55%. En Allemagne, la proportion est d'un peu plus de 22%.

Il n'y a pas assez de vent en Suisse? Ou quelle est la raison de ces mauvais résultats?

Ce n'est pas le vent. En fait, la Suisse dispose d'un très bon potentiel éolien, les conditions sont en fait idéales pour la production d'énergie à partir du vent. Selon une nouvelle étude de l'Office fédéral de l'énergie, le potentiel est d'environ 30 térawattheures par an. Si nous ne pouvions effectivement utiliser qu'environ 30% de ce potentiel, nous atteindrions tout de même neuf térawattheures par an. Six térawattheures ont été produits pendant le semestre d'hiver, d'octobre à mars. Si l'on ramène cela au nombre d'éoliennes, il n'est pas irréaliste de dire que 100 éoliennes à la pointe de la technologie produisent 1 térawattheure d'électricité par an. Ce qui suffirait à couvrir la consommation d'électricité de la ville de Berne.

Margarita Aleksieva

«Il n'y a pas de technologie qui puisse résoudre tous les défis en même temps. Un mélange d'électricité provenant de différentes sources d'énergie renouvelables est judicieux.»

Margarita Aleksieva

responsable de l'unité opérationnelle Énergie éolienne et solaire de BKW

Cela signifie que pour atteindre les neuf térawattheures réalisables, il faudrait encore construire un grand nombre d'éoliennes?

Oui, c'est comme ça. Nous estimons qu'il faudrait jusqu'à 1000 turbines pour cela. Environ 300 à 400 de ces turbines peuvent être installées dans les Alpes.

Mais beaucoup de gens ne le voudront pas, pour des raisons de protection de la nature ou d'esthétique dans le paysage.

C'est justement le défi. Si nous voulons finalement passer à l'énergie durable afin de réduire notre dépendance aux combustibles fossiles importés et que l'énergie doit être bon marché, nous devons faire des compromis et accepter que nous ne pouvons pas vivre uniquement sur les infrastructures que nos ancêtres ont construites ici. J'aime à dire qu'il n'existe pas de technologie capable de résoudre tous les défis en même temps. Nous devons l'accepter. Mais un mélange d'électricité provenant de différentes sources d'énergie renouvelables est certainement judicieux.

Cela nous amène également à parler de l'énergie solaire. Y a-t-il suffisamment de soleil en Suisse pour que cela ait du succès?

Nous disposons également d'un grand potentiel en matière d'énergie solaire, surtout dans la région alpine. Le rayonnement solaire est intense à 2000 mètres d'altitude. De plus, nous pouvons ici profiter de l'effet de réflexion du soleil par la neige et de l'air plus frais qui permet d'obtenir un meilleur rendement des modules solaires. En conséquence, la part d'électricité produite en hiver par une installation solaire alpine atteint environ 50% de la production totale.

Quels sont les projets de BKW dans le domaine de l'énergie solaire?

Nous encourageons le développement de l'énergie solaire à grande échelle: après le projet «BelpmoosSolar» déjà lancé, une installation solaire au sol à l'aéroport régional de Berne-Belp, nous avons également lancé plusieurs projets solaires alpins dans le canton de Berne, dont Adelboden Schwandfäl, MontSol (Saint Imier) et Schattenhalb Tschingel Ost et Tschingel West. Toutes les installations prévues font partie du programme «SolarExpress», par lequel la Confédération encourage la construction d'installations photovoltaïques alpines jusqu'à fin 2025.

Au-delà de la faisabilité technique, quel rôle jouent les considérations environnementales dans le choix des projets solaires?

Nous essayons de prendre en compte, dans la mesure du possible, les intérêts légitimes en matière de climat et de protection de l'environnement, en misant sur le dialogue avec toutes les parties prenantes afin de trouver des solutions communes et viables.

Quelle est la taille des projets photovoltaïques alpins prévus?

Comparées aux installations photovoltaïques habituelles à l'étranger, elles sont plutôt modestes. Les installations photovoltaïques alpines prévues disposent d'une puissance installée moyenne de huit à douze mégawatts et devraient produire dix à douze gigawattheures par an.

Dans le cadre de l'initiative «Espaces de vie 2025», BKW veut également contribuer à la réalisation des objectifs énergétiques de la Confédération. Un «atelier» sur le thème de «l'espace de vie» alpin a par exemple été mis en place. De quoi s'agit-il?

Avec l'Atelier, nous offrons une plate-forme de dialogue et d'échange d'expériences - et un «laboratoire de solutions». Notre question centrale est la suivante: comment optimiser et étendre les infrastructures dans les régions alpines afin de favoriser le développement économique tout en protégeant l'espace de vie? Pour que cela soit possible, des solutions doivent être élaborées en temps utile, en tenant compte de tous les intérêts et en étroite collaboration avec tous les acteurs, dans le but de préserver à long terme cet espace vital et économique unique. L'atelier offre exactement le cadre nécessaire pour cela.

Photo: BKW / Albiana Selmani

Source: BKW / Albiana Selmani

Margarita Aleksieva, responsable de l'unité opérationnelle Énergie éolienne et solaire de BKW

Déclaration: Ce contenu est réalisé par la rédaction de Sustainable Switzerland pour le compte du partenaire BKW.

Cet article est publié sous

Publicité

Articles populaires

Articles recommandés pour vous

François Maréchal et Jonas Schnidrig
Construction et logement

Une Suisse autonome et neutre en CO₂ serait possible en 2050

Proposer des idées et des solutions innovantes, pour un avenir où il fait bon vivre.
Énergie

Pour un avenir où il fait bon vivre

La transition énergétique a-t-elle la priorité sur la protection de la nature ?
Énergie

La transition énergétique a-t-elle la priorité sur la protection de la nature ?

Articles similaires

Éoliennes au col du Gothard
Biodiversité

Où des éoliennes devraient-elle voir le jour en Suisse?

Le vent a-t-il tourné dans l’approvisionnement électrique?
Énergie

Le vent a-t-il tourné dans l’approvisionnement électrique?

Installations photovoltaïques
Énergie

S’envoler depuis Belp vers des destinations lointaines grâce à l’énergie solaire