Logo image
Dans quelle mesure les fêtes populaires sont-elles «durables»?
Société

Dans quelle mesure les fêtes populaires sont-elles «durables»?

Peut-on se rendre en toute bonne conscience à de grandes manifestations telles que la Foire d'automne de Bâle ou la Züri Fäscht et faire la fête en toute tranquillité? Les avis sont très partagés. La question de savoir si et dans quelle mesure les fêtes populaires sont «durables» dépend de nombreux facteurs. Le fait que les organisateurs se sentent obligés de prendre des mesures adéquates joue un grand rôle.

0

Partager
Copier le lien LinkedIn
Écouter
Logo image

Dans quelle mesure les fêtes populaires sont-elles «durables»?

Partager
Copier le lien LinkedIn
Écouter

4 Min.  •   • 

Les gens se rassemblent, les montagnes de déchets s’accumulent

Les fêtes populaires polluent l'environnement et sont tout sauf durables

Une énorme consommation de ressources: les fêtes populaires consomment énormément d'eau et requièrent de grandes quantités d'énergie pour l'éclairage, les manèges, la musique et pour la réfrigération des boissons et autres denrées alimentaires. La Foire d'automne de Bâle, par exemple, consomme autant d'électricité que 3300 familles.

De véritables montagnes de déchets: les grands événements génèrent généralement des déchets en masse, y compris des gobelets en plastique, de la vaisselle jetable et des matériaux d'emballage. Rien que la Züri Fäscht 2023 a produit un total de 260 tonnes de déchets et 55 tonnes de matériaux recyclables.

Les nuisances dues au transport et à la logistique: l'arrivée et le départ des visiteurs, autant que la livraison des marchandises et des structures, peuvent avoir une influence considérable sur l'empreinte carbone. Ceux qui se rendent par exemple à la fête avec leur propre voiture contribuent à augmenter la pollution de l'environnement.

Des coûts élevés: les fêtes populaires sont généralement synonymes de dépenses importantes pour les autorités et les communes, par exemple pour les mesures de sécurité ou le nettoyage du site de la fête. Les fonds correspondants pourraient également être utilisés à bon escient à d'autres fins.

C’est aussi une opportunité pour clarifier les choses et apprendre

Les fêtes populaires sont un «no-go» écologique, mais peuvent être gérées de manière durable

Une question de concept: il ne fait aucun doute que les fêtes populaires ont un impact sur l'environnement en raison de la consommation de ressources et des émissions de toutes sortes. Ce qui est décisif, c'est de savoir si les organisateurs se soucient de facteurs tels que la consommation d'énergie et d'eau et s'ils ont développé des concepts durables, à l’exemple de la Züri Fäscht ou de l'Oktoberfest de Munich.

L’utilisation d'électricité verte: la durabilité dépend de la manière dont les quantités d'énergie consommées lors des fêtes populaires sont produites. L’utilisation de sources d'énergie renouvelables, telles que l'énergie solaire ou éolienne, peut améliorer la durabilité. A l'Oktoberfest de Munich, par exemple,tous les espaces publics du site fonctionnent à l'électricité verte. Forains, commerçants du marché et restaurateurs sous chapiteaux en sont également approvisionnés. L'un des immenses toits des tente est en outre équipé de panneaux solaires.

Le recyclage des déchets: chaque fête populaire devrait aujourd'hui disposer d'un système efficace de gestion des déchets qui favorise un recyclage complet. Pour réduire le volume des déchets, il est désormais interdit dans certaines fêtes populaires de servir des aliments et des boissons dans de la vaisselle jetable et des canettes. Lors de la Züri Fäscht 2023, un concept de gestion des déchets axé sur le recyclage a également été mis en place pour la première fois en Suisse à l’occasion d'une fête populaire accueillant plus de deux millions de visiteurs. Avec le soutien de 400 «héros du recyclage», il a été possible de réduire de 20% la quantité d'ordures ménagères (c'est-à-dire les déchets non réutilisables et non recyclables).

Un déplacement sans véhicule privé: les organisateurs encouragent la durabilité de leurs fêtes populaires en facilitant l'accès aux transports publics et en mettant à disposition des places de stationnement pour les vélos. De plus en plus souvent, les visiteurs extérieurs sont invités à venir en train, en bus ou en tram, à utiliser les offres d’autopartage et de covoiturage.

Le recyclage de l'eau: les fêtes populaires ont besoin d'eau pour la préparation des repas, les installations sanitaires et le nettoyage. Une utilisation responsable de cette ressource est essentielle en matière de durabilité. Une mesure pour économiser l'eau est la mise en place d'installations de recyclage de l'eau, comme c'est le cas à l'Oktoberfest de Munich. L'eau de rinçage des machines à laver les chopes de bière de plusieurs chapiteaux est ainsi traitée. Elle peut ensuite être utilisée pour les toilettes de la tente.

La promotion des traditions vivantes: malgré toutes les critiques, il ne faut pas oublier que les fêtes populaires représentent souvent une partie importante de la culture et des liens sociaux d'une communauté. La promotion des activités et des traditions culturelles peut contribuer à la durabilité en renforçant l'identité locale et la communauté. Il est en outre possible d'attirer activement l'attention sur les pratiques durables, ce qui confère aux fêtes populaires un caractère éducatif.

Cet article est publié sous

Publicité

Articles populaires

Articles recommandés pour vous

La vie sans plastique: utopie ou nécessité?

La vie sans plastique?

bioplastique
Économie circulaire

De la peau de banane au bioplastique

Photo: BMW
Économie circulaire

«Nous devons parvenir à une économie circulaire à long terme»

Articles similaires

Cerveau avec motifs géométriques
Économie circulaire

L'intelligence artificielle dans le développement durable: des notions à connaître

Des fibres naturelles dans la BMW M4 GT4: le fabricant mise sur la construction biolégère développée par Bcomp.
Économie circulaire

Le plaisir de conduire naît avec la volonté d’innover

Un tas de bouteilles PET
Biodiversité

Le plastique envahit la Suisse et le recyclage ne résoudra pas tout