Logo image
L'éducation doit-elle être privatisée?
Société

L'éducation doit-elle être privatisée?

L'éducation et la démocratie vont de pair – et pourtant, l'éducation a toujours été un sujet de discorde: qui enseigne, comment et quelles valeurs sont transmises? Et pourtant, dans une société qui s'oriente de plus en plus vers l'individualisation, un système d'éducation unique semble plus utopique que jamais. Faut-il investir davantage dans le système éducatif public ou les parents doivent-ils être libres de choisir?

0

Partager
Copier le lien LinkedIn
Écouter
Logo image

L'éducation doit-elle être privatisée?

Partager
Copier le lien LinkedIn
Écouter

3 Min.  •   • 

L'égalité est le fondement de la Suisse

Les offres d'éducation privées entraînent des inégalités massives

Inégalités croissantes et coûts. La différence se manifeste déjà aujourd'hui dans les écoles privées: les familles aisées s'offrent une éducation de qualité – et à leur tour, ces institutions (qui paient bien) attirent les enseignants les plus brillants. Les familles à faibles revenus dépendraient d'offres éducatives de moindre qualité et ne pourraient, dans le pire des cas, s'offrir que des options gratuites. Nous en revenons donc aux offres de l'Etat. La privatisation n'apporte donc absolument rien, si ce n'est un écart entre les riches et les pauvres.

Un seul guide: le profit. Les recettes avant la qualité: les établissements d'enseignement privés pourraient donner la priorité au profit. A long terme, l'institution ne ferait évidemment que se nuire à elle-même mais, à court terme, des offres peu sérieuses en profiteraient certainement. Le problème: la réussite éducative n'apparaît souvent que plus tard.

Bataille réglementaire. Si l'Etat n'est plus souverain en matière d'éducation, de nombreuses questions se posent: qui assure la qualité? Quels sont les contenus transmis? Comment se qualifier pour l'enseignement supérieur? En fin de compte, il faut un cadre étatique, ce qui nous ramène à une sorte d'uniformisation.

L'éducation implique également une responsabilité sociale. L'éducation est souvent considérée comme un bien public qui sert la société dans son ensemble. La privatisation pourrait ébranler cette responsabilité sociale et réduire l'éducation à un bien commercial. Ce sont les enfants, et plus tard l'économie, qui en subiraient les conséquences.

L'homogénéité a toujours été une impasse

La privatisation de l'éducation soulage l'Etat

La privatisation favorise la concurrence et l'innovation. Le coronavirus nous a déjà montré à quel point la société devait s'adapter à court terme à de nouvelles réalités – l’enseignement à distance et le digital first sont deux mots clés à cet égard. Le secteur privé est également capable, notamment grâce à des moyens financiers, de développer des méthodes d'apprentissage et des programmes innovants pour améliorer l'offre éducative. En fin de compte, cela favorise la qualité et la concurrence

L'embarras du choix. Aujourd'hui, l'individualité prime et ne doit pas être vue de manière seulement négative. L'individualité, c’est aussi pouvoir répondre aux besoins d'un enfant. Les parents pourraient à l'avenir choisir l'offre éducative qui correspond le mieux aux besoins et aux intérêts de leur enfant. Ainsi, une formation sur mesure serait possible.

L'efficacité plutôt que la bureaucratie. Les entreprises publiques souffrent d'une réputation de bureaucratie excessive et d'inefficacité. Les écoles privées seraient contraintes, notamment sur le plan économique, de travailler de manière efficace et de mieux utiliser les ressources.

Soulagement pour les fonds publics. La privatisation de l'enseignement pourrait réduire la pression sur les fonds publics, les investissements privés prenant le relais du financement des établissements d'enseignement. Cela libérerait ainsi une somme d'argent que l'Etat pourrait par exemple investir dans des offres de loisirs, de culture et de sport pour les enfants et les jeunes.

Cet article est publié sous

Publicité

Articles populaires

Articles recommandés pour vous

Dr Auma Obama
Changement climatique

Auma Obama, conférencière au SSF: Défenseuse du développement durable et de la responsabilité sociale

Photo: UBS
Égalité des chances

Impact féminin pour un avenir durable

Les notes à l'école
Management

Ce que les résultats scolaires révèlent sur la réussite professionnelle future

Articles similaires

Künstliche Intelligenz
Éducation

Où en est la Suisse en matière de réglementation de l’intelligence artificielle?

Transparence, coopération et fin de la pensée cloisonnée: la banque durable, une opportunité de croissance stratégique qui inspire l’innovation
Gouvernance

La transformation exige une gouvernance forte et une collaboration efficace

Transparence des salaires: comment promouvoir l'engagement et l'équité
Management

Transparence des salaires: comment promouvoir l'engagement et l'équité